12 mai 2022

RETOUR AUX ACTUALITÉS

La tendinite de De Quervain

Catégorie(s) : Poignet
tendinite tenosynovite De Quervain
5/5 - (2 votes)

La ténosynovite de De Quervain est une des tendinites du poignet les plus souvent rencontrées au sein de la population. Elle touche plus volontiers les femmes âgées de 40 à 50 ans.

Cette maladie des tendons se manifeste principalement par une douleur, souvent aiguë, au niveau du poignet et du pouce, aggravée lors de la mobilisation de l’articulation.

En l’absence de traitement, la tendinite de De Quervain tend à persister, occasionnant des douleurs parfois très intenses, susceptibles d’altérer significativement la qualité de vie des patients qui en sont atteints.

La tendinite, ou ténosynovite, de De Quervain, qu’est-ce que c’est ?

La ténosynovite de De Quervain : maladie commune des tendons

La tendinite de De Quervain, aussi nommée ténosynovite ou ténosynovite sténosante de De Quervain, est une tendinite commune du poignet, c’est-à-dire une pathologie des tendons du poignet.

Elle porte le nom du Dr Fritz de Quervain, un chirurgien suisse qui a décrit cette atteinte en 1895. On la retrouve également parfois sous le nom de Maladie de Kocher – De Quervain.

Surnommée « Entorse de la Lavandière », elle touche essentiellement les femmes de 40 à 50 ans qui tendent à sursolliciter l’articulation de leur poignet, typiquement à travers des tâches ménagères, professionnelles ou sportives répétitives.

Causes de l’inflammation des tendons dans la tendinite de De Quervain

L’affection se déclare lorsque le rétinaculum des extenseurs, une gaine fibreuse synoviale qui abrite, à la manière d’un tunnel, les tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce, s’inflamment.

L’inflammation de cette gaine synoviale est habituellement provoquée par la répétition de mouvements de rétroposition du pouce. Elle est sténosante, c’est-à-dire qu’elle provoque un rétrécissement du tunnel abritant les tendons.

Cette sténose du rétinaculum des extenseurs vient compresser les tendons du pouce, phénomènes à l’origine des douleurs typiques de la maladie de De Quervain.

L’existence de prédispositions anatomiques chez les personnes atteintes de tendinite de De Quervain est probable.

D’autres affections communes pourraient également faire figure de facteurs prédisposants (hyperthyroïdie, polyarthrite rhumatoïde, diabète…).

Symptômes de la tendinite de De Quervain

La douleur est le premier symptôme de la tendinite de De Quervain. Elle irradie typiquement la partie latérale du poignet, et est augmentée lors de la mobilisation du pouce et/ou de l’articulation du poignet.

L’intensité de la douleur est fortement variable en fonction des individus atteints. Elle ne provoque parfois qu’une simple gêne, mais peut aussi s’avérer très lancinante et invalidante.

L’examen clinique du pouce et du poignet dans le diagnostic de la tendinite de De Quervain

L’examen clinique repose essentiellement sur une palpation du membre qui permet parfois de déceler une tuméfaction au niveau de la styloïde radiale (face interne de l’avant-bras).

La manœuvre de FINKELSTEIN, qui consiste à faire effectuer au patient certains mouvements du pouce et du poignet, permet aussi de rechercher des signes de douleur équivoques de la tendinite de De Quervain.

L’imagerie médicale dans le diagnostic de la tendinite de De Quervain

Il est rare de devoir compléter l’examen clinique d’examens d’imagerie médicale pour poser un diagnostic de tendinite de De Quervain.

Toutefois, l’imagerie médicale peut permettre de rechercher des affections annexes, d’explorer des particularités anatomiques et/ou de prévoir une intervention chirurgicale.

La plupart du temps, la radiographie ne permet pas de mettre en évidence les signes d’une ténosynovite de De Quervain. L’échographie, quant à elle, peut permettre de confirmer l’inflammation des tendons, habituellement déjà décelée à la palpation.

Une I.R.M. peut être préconisée en cas de doute, ou pour obtenir de plus amples informations sur les atteintes tendineuses et synoviales afin de préparer une éventuelle intervention chirurgicale.

Infographie symptômes tendinite de De Quervain

infographie tendinite de Quervain

Traitements de la tendinite de De Quervain

Le traitement de première intention de la tendinite de De Quervain est une mise au repos du poignet et de la colonne du pouce.

L’objectif est l’immobilisation pour supprimer les gestes de rétroposition du pouce à l’origine de l’inflammation.

Pour ce faire, une orthèse de repos externe du poignet et du pouce est généralement mise en place pour une durée de 3 à 4 semaines.

Elle est habituellement associée à la prise d’anti-inflammatoires et d’antalgiques pour contrôler la douleur et diminuer l’inflammation.

Lorsque l’utilisation d’une orthèse de repos et la prise d’anti-inflammatoires ne suffisent pas à résorber l’inflammation et à supprimer la douleur efficacement, il est possible d’administrer des infiltrations de corticoïdes.

En cas d’échec des thérapies médicales, une intervention chirurgicale peut être envisagée. L’intervention de référence est une décompression qui vise à sectionner le rétinaculum des extenseurs.

Les tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce sont ainsi libérés du tunnel de leur gaine synoviale, et les tissus cicatriciels susceptibles d’avoir été produits lors du processus inflammatoire sont éliminés pour redonner de l’indolence à la mobilisation du poignet et du pouce.

Tendinite de De Quervain, quels risques en l’absence de traitement ?

L’évolution d’une ténosynovite de De Quervain dépend à la fois de sa sévérité et du profil de chaque individu.

Il arrive que certaines atteintes des tendons régressent toutes seules et finissent par disparaître sans intervention médicale ou chirurgicale.

Toutefois, cela demeure rare, et, le plus souvent, en l’absence de traitement les douleurs persistent jusqu’à devenir invalidantes.

Le patient atteint d’une ténosynovite de De Quervain risque alors de perdre la capacité d’effectuer certains mouvements du pouce, ce qui peut, à terme, entraîner la perte de son activité professionnelle.

Les autres actualités

La luxation acromio-claviculaire

La luxation acromio-claviculaire

La luxation acromio-claviculaire correspond à une luxation de l’articulation de l’acromion (faisant partie de...

La chondrocalcinose du poignet

La chondrocalcinose du poignet

La chondrocalcinose est une maladie des articulations qui atteint essentiellement les cartilages du genou et du...

La maladie de Dupuytren

La maladie de Dupuytren

La maladie de Dupuytren est une atteinte de la main et des doigts se traduisant par une rétraction progressive des...

Le panaris du doigt

Le panaris du doigt

Le panaris du doigt est l’infection de la main la plus fréquemment rencontrée. Le plus souvent localisée autour d’un...

La rhizarthrose du pouce

La rhizarthrose du pouce

La rhizarthrose du pouce est une maladie fréquente, que l’on observe plus volontiers chez la femme ménopausée de plus...

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS